La viticulture

Depuis le début, la culture de la vigne est menée selon les principes de l'agriculture biologique et certifiée par l'organisme Ecocert. Nous ne voulons pas rentrer dans des thèmes qui n'ont pas leur place ici mais il est certain qu'au vu des formulations chimiques des produits qui entrent dans les traitements conventionnels de la vigne actuellement, on peut être amené à se poser des questions...mais ce n'est pas notre motivation principale, nos convictions sont ailleurs !

Nous sommes convaincus que les méthodes de l'agriculture biologique sont plus à même de valoriser la notion de terroir, notion qui lorsqu'on parle de vin nous paraît essentielle.Mais c'est aussi une culture sans engrais minéraux. A Vignau nous ne faisons que très peu d'apport, seuls quelques centaines de kilos de compost à l'hectare et le pâturage des moutons dans le vignes (certaines parcelles) qui tout en nettoyant les vignes nous apportent leur fumure. 

Mais surtout nous travaillons les sols de façon à supprimer les racines superficielles et à broyer l'herbe "tout venant" qui pousse naturellement dans les vignes. De cette façon pour assurer sa subsistance la vigne envoie ses racines en profondeur et ce faisant va explorer un volume de sous-sol beaucoup plus important qu'elle ne le ferait si on lui apportait des engrais minéraux en surface, permettant ainsi de retrouver le concept de terroir.

Les traitements phyto-sanitaires autorisés sont le sulfate de cuivre et le soufre auxquels nous ajoutons des purins d'orties. Ces produits ont l'avantage de n'être que très peu toxiques et surtout ne pénètrent pas dans les plantes.

La taille est menée en guyot simple sur la plupart des parcelles du vignoble et le nombre de bourgeons par hectare est inférieur à 30 000.

Les vendanges tardives

A Vignau,nous sommes spécialisés en "vendanges tardives", les vraies, celles qui imposent un degré de sucre minimum de 17°, 18 mois d'élevage minimum mais également et surtout aucune chaptalisation, soit 100% de sucre naturel. Traditionnellement possible dès le début novembre, à Vignau nous ne vendangeons jamais avant la mi-décembre et selon le temps et l'état de santé des grappes, elles peuvent se dérouler jusqu'à fin janvier ! Le degré minimum de sucre est largement dépassé et nous récoltons régulièrement des raisins extrêmement concentré à plus de 20° de sucre.

C'est là le potentiel formidable d'une alliance entre un cépage très résistant à la pourriture et un climat très clément même en plein milieu de l'hiver (notamment grâce à l'effet de foehn). Un grand liquoreux de terroir dont on ne trouve aucun équivalent dans le monde des vins !

Cela implique beaucoup de risques et un surcroit de travail qui passe par la mise en place chaque année de 25 km de filets pour empêcher que les grives et autres pinsons ne fassent les vendanges avant nous. Mais outre les oiseaux, les intempéries constituent un facteur de risque supplémentaire. L'automne est la saison des pluies même dans le Béarn et même si les belles journées d'arrière saison font rapidement monter les degrés, chaque averse va les faire chuter et diluer les arômes, raisons pour lesquelles de période de pluie en période de ressuyage, nous terminons les vendanges si tard !

Les vinifications

Un principe de base: peu d'interventions !

Le blanc vendanges tardives récolté au coeur de l'hiver subit un débourbage après pressurage entièrement naturel grâce aux températures froides de la nuit en cette saison. S'ensuit une fermentation de quelques jours à plusieurs semaines selon  le millésime et un élevage à 50% en barrique de chêne neuf et 50% cuve.

Le but est de laisser le maximum d'expression à la nature et donc au vin tout en assurant une stricte surveillance des processus afin de parer au plus tôt à toute éventuelle déviation. Les interventions sur vin sont donc réduites au stricte minimum.

Pour le rouge : c'est un vin de macération, c'est à dire que la phase liquide (le jus de raisin) et la pellicule des grains foulés vont rester en contact un certain nombre de jours. C'est une phase capitale de l'élaboration des vins rouges, celle qui va lui donnée son caractère, sa couleur, sa longévité...Pour notre vin rouge, nous préférons une macération courte avec quelques remontages. Le vin est en général pressé au bout de huit jours (selon millésime) et mis en cuve inox. S'ensuit plusieurs soutirage et une mise en bouteilles en juin qui suit la récolte.